Durant la période estivale, les spots de surf de la côte basque ressemblent plus au périphérique parisien à l’heure de pointe qu’à un havre de paix où le calme et la sérénité dominent. Fort de ce constat, les autorités ont décidé de lancer un plan de régulation des surfeurs sur les spots.

Entre les surfeurs confirmés, les occasionnels, les débutants, les écoles de surf, mais aussi les baigneurs, les spots de surf de la côte basque saturent et les accidents se multiplient. A la côte des basques à Biarritz, on peut compter plus de 1000 pratiquants sur moins d’un kilomètre. Les surfeurs se retrouvent donc à devoir slalomer pour éviter la collision. Même constat à Anglet, Guéthary, Hendaye.

Des premières mesures de sécurité avaient été prises, comme l’obligation de porter un leash pour les surfeurs, et bien entendu les zones de baignade entre les deux drapeaux bleus. Mais face au phénomène qui ne faiblit pas, les autorités veulent aller plus loin et réguler le nombre de surfeurs par spot.

L’idée est de partager l’espace intelligemment entre les pratiquants. Ainsi parmi les idées avancées :

pas plus de 2 écoles de surf pour 150 mètres de plage : chaque école peut occuper en effet 20 mètres de plages avec une densité d’un surfeur par mètre carré. Si les écoles de surf se regroupent au même endroit, les « free surfeurs » sont contraints d’aller ailleurs. On assiste alors à une privatisation dissimulée du domaine public. En éloignant les écoles de surf les unes des autres, on permet ainsi aux autres surfeurs d’évoluer dans le même secteur.

pas plus de 20 free surfeurs par pic : les autorités délivreraient des autorisations aux pratiquants. Et pour éviter que ce ne soit la loi du « premier arrivé premier servi », il serait possible de réserver sa session sur une plage horaire. En cas de retard, c’est du temps en moins pour surfer (voir plus bas durée de session limitée)

Durée de session limitée : Pour assurer une rotation des surfeurs sur les spots, la durée des sessions serait limitée à 1h30. Elle serait organisée par créneau horaire. Exemple : de 9h à 10h30. Une corne de brume avertirait des débuts et fin de session, comme lors des compétitions

des zones « débutants » et des zones « confirmés » : en fonction de son niveau de pratique, le surfeur serait dirigé vers une zone en particulier

leash obligatoire, aileron souple obligatoire, casque conseillé : pour éviter de surcharger les services de secours, le leash resterait bien entendu obligatoire mais les ailerons souples (non tranchants) le deviendraient également. Quant au port du casque, il serait obligatoire pour les enfants jusqu’à 12 ans, mais facultatif pour les plus âgés.

Périodes de régulation : la régulation interviendrait pour commencer entre le week-end précédent le 14 juillet (sauf si le 14 juillet tombe un week-end) et le week-end suivant le 20 août (sauf si le 20 août tombe un week-end).

Bon surf !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici