Dans le village de Guéthary, qui abrite une communauté de surfeurs de grosses vagues, s’est joué un drame familial. Un jeune homme de 21 ans vient d’être renié par sa famille pour avoir prétendu « préférer les petites vagues ».

Dans le village de Guéthary, le surf de gros se transmet de père en fils (et même en fille) ! Peyo (son prénom a été modifié pour l’article), 21 ans, est né dans une famille de chargeurs. Son père ne surfe jamais en dessous de 4 mètres, sa mère s’engouffre dans des tubes de 3 mètres sur le spot d’Avalanche face à la maison familiale, et sa soeur de 12 ans surfe sur la reforme de Parlementia (Bidart) en bodysurf quand il y a 2m50.

Pourtant, Peyo se qualifie de différent. Oui, il apprécie le surfe (même s’il préfère le skate), mais n’a jamais compris cet engouement pour les grosses vagues durant l’hiver. Se jeter dans l’eau froide pour prendre 1 voire 2 vagues en 3 heures ; esquiver les séries ; se faire fouetter le visage par le vent. Peyo n’y trouve aucun plaisir et pense surtout qu’il serait mieux dans son canapé à jouer à Fortnite.

Certes, il dit apprécier le surf, mais plutôt les petites vagues, aux alentours d’1m50. Pour l’avoir dit durant un repas, Peyo a été immédiatement renié et chassé de la maison familiale.

Surnommé « le déserteur » par la communauté des surfeurs, il tente désormais de se reconstruire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici