Ce samedi, alors que les gilets jaunes entament leur 3eme grand rassemblement, les surfeurs ont décidé de rejoindre à leur tour le mouvement. En cause, le nombre de vagues que se font taxer les glisseurs durant leurs sessions.

S’il y a bien un domaine que l’on pensait épargné par la pression fiscale, c’est bien celui du surf. Aller au bord de l’océan, se jeter à l’eau et prendre des vagues semblaient en effet bien loin de l’emprise de Bercy. Et pourtant, même durant leur session, les surfeurs sont continuellement taxés.

« On en a ras le bol d’être taxés ! », crie haut et fort Jean-Louis, un surfeur hendayais, « Rien que ce matin, on m’a taxé 4 vagues !!! ». Il faut dire qu’avec le nombre de surfeurs en augmentation, les vagues sont de plus en plus chères. Surfer est devenu un combat permanent.

En rejoignant le mouvement des gilets jaunes, les surfeurs demandent ainsi à ce que les règles de priorité soient respectés, entraînant l’allègement de la taxe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici